À peine dix minutes après notre rencontre, l’image que nous avons des chercheurs a totalement changé. Qu’est-ce qu’il s’amuse ! Par contre pourquoi la sismologie ?

 

Rencontre avec LE maître

– Comme j’ai pensé que ce serait plus facile pour trouver un job, j’ai abandonné la littérature et choisi les sciences à la fac. Néanmoins, je n’ai jamais travaillé pendant la licence : je travaillais sur mon basson ou j’étais dans un bar. Je ne méritais pas du tout d’entrer dans le département de physique. Et pourtant j’avais trouvé le département de la « géophysique » juste à côté de celui de la physique ! En regardant le programme du département, j’ai vu que l’on pouvait suivre la plupart de cours avec le département de physique ! Alors, j’ai choisi la géophysique : « je ne connais pas du tout la géophysique mais ça m’a l’air bien. »

 

Choisit-il vraiment spontanément ou suit-il ce qui l’intéresse en allant dans cette direction le plus vite possible ? Ce n’est pas très simple mais dans tous les cas il s’est installé au département de géophysique. Pendant les stages au laboratoire, il est séduit par les recherches concrétisées. De plus, il pensait que c’était trop tôt pour aller chercher un travail, il a donc continué vers un Master. C’est au cours de l’entretien de Master  qu’il a rencontré son futur directeur de thèse.

 

– Puisque je ne m’y connaissais pas beaucoup, pour l’examen d’entrée en Master, j’ai écrit un essai de gamin « c’est trop cool la géophysique » sans beaucoup réfléchir. Pendant l’entretien basé sur cet essai, les trente professeurs étaient tous énervés, sauf un monsieur qui m’a demandé : « est-ce quehhh tu es intéresséhhh par la sismologie ? » C’était mon futur directeur de thèse, Robert J. Geller. Mais, je n’arrivais pas à comprendre son japonais avec un fort accent et je lui ai demandé plusieurs fois : « Quoi ?? Pouvez-vous répéter une autre fois ?? » J’avoue que j’ai fini par rigoler fortement et les professeurs dans la salle ont aussi commencé à rire à cause de ce drôle d’échange. Quand j’ai reçu un mail direct le lendemain disant qu’il fallait que j’aille le voir dans son bureau, j’ai pensé qu’il allait m’engueuler, alors qu’en réalité, il m’a dit : « je pense que tu as le cran ». Puis quand je lui ai dit que j’avais des soucis de notes d’examens et je n’étais pas sûr de pouvoir m’en sortir, il m’a dit : « c’est ton business, démerde-toi. En tout cas, ça fait partie de tes techniques ». J’ai utilisé alors tous les outils pour que je puisse finir ma licence.

 

« Les étudiants en Master et en thèse le sont 24 heures sur 24, 365 jours par an » était le slogan du laboratoire. La recherche a commencé à le séduire et il a commencé sa thèse. Les bons élèves peuvent même être payés par la Japan Society for Promotion of Sciences (JSPS). Lui, en revanche, ne pouvait pas obtenir la bourse.

 

– Je me suis dit que ça suffisait et j’ai commencé à chercher des entreprises pour un job. Geller-san (Bob) m’a appelé tout à coup et m’a dit : « mais je pense que tu es fait pour la recherche. Si tu n’as pas de sous, je peux chercher quelque chose pour t’aider. » Je ne sais pas pourquoi mais je lui ai tout de suite répondu : « d’accord ». Et c’est comme ça que j’ai passé trois ans en thèse (j’ai obtenu la bourse JSPS pour les deuxième et troisième années). J’aimais beaucoup me faire des amis aux conférences à l’intérieur et l’extérieur du Japon. J’ai organisé des tournées pour un petit orchestre d’harmonie à Taïwan et au Portugal … Du coup, c’est comme ça maintenant. Je vis ma vie de cette manière.

最新記事をメールで購読しよう!

メールアドレスをご記入いただけると、最新情報をメールでお知らせします

海賊ライフのFacebookをフォローしてワクワクする毎日を過ごそう!

按讚給海盜人生FB,過很快樂的日子吧!

Twitterでも楽しいニュースが届くよ!